8 800 électeurs (sur 30 686 inscrits) élisent Joëlle Ceccaldi-Raynaud. 🗓

8 800, sur 44 600 habitants. C’est le nombre d’électeurs qui a vote pour Joëlle Ceccaldi-Raynaud (et non pour une liste ou ou un programme) et qui l’a, une fois de plus portée sur le fauteuil de Maire pour les quatre années à venir. Une fois de plus, la grande gagnante de cette élection municipale partielle est l’abstention. Résultat : 37 élus et tous les pouvoirs.

3400, c’est le nombre d’électeurs qui a voté pour la liste, Le Rassemblement. Résultats : 5 élus et aucun pouvoir.

Cette représentativité peut paraitre inégale et injuste aux vues des moyens totalement inégalitaires, des forces en présence ou des scores en question, mais c’est le jeu de la démocratie. Et nous l’acceptons.

Ce que nous n’acceptons pas, c’est le discours d’intronisation vengeur, agressif et discourtois à l’encontre de toutes les listes qui ont osé contrer le système en place de la part de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, à peine élue Maire par 37 élus dont le seul travail consistera à faire acte de présence aux Conseils municipaux et à dénoncer les membres de l’opposition dans leurs faits et gestes.

Celle là à osé accepter un verre au buffet organisé par la délégation spéciale de la Préfecture (encore en place avant le Conseil municipal d’installation, le 19 juin dernier) à la Mairie ; celui ci n’a pas mis ses poubelles dans le bac jaune ; un autre a voulu, quel crime, inscrire ses enfants dans une colonie de la Mairie (mais ne l’obtiendra pas, black listé par une Mairie discriminante comme le démontre le reportage de France 2 diffusé le 18 juin dernier : http://blog.francetvinfo.fr/oeil-20h/2015/06/18/video-puteaux-la-ville-ou-il-fait-bon-vivre.html

Lors du Conseil municipal du 19 juin dernier, le public, bien accueilli au départ s’est vu, pour un petit nombre (non favorable à la majorité en place) et dès la fin de mission de la délégation spéciale de la Préfecture des Hauts de Seine et de son Maire par intérim pendant un mois et demi, M Payet insulté, agressé et sorti des gradins par des fans, véritables hooligans de la politique de Joëlle Ceccladi-Raynaud, chauffé à blanc par quelques individus bien identifiés. Le pire, c’est que certains agents de la Police municipale auraient, selon des témoignages cédé à la pression de citoyens fanatisés et mis de coté leur rôle de neutralité et de protection de tous les citoyens en menaçant ces opposants et en leur promettant qu’ils s’en « souviendraient ». Deux plaintes (sans compter les deux plaintes pour agressions contre un journaliste de Défense 92 et contre un militant du Rassemblement le dimanche 14 juin) ont été déposées. Deux plaintes de plus pour notre pauvre ville, cliente invétérée des faits divers et des attitudes de voyous.

Hurlements, insultes lancées aux élus de l’opposition, huées dès que l’un d’eux ose prendre la parole, Mm le Maire a très bien vu et entendu toutes ces dérives, levant la tête des dizaines de fois vers ce public déchainé, mais ne prenant jamais fait et cause pour l’ordre public, bien au contraire ! Seule, Mm Abkari, doyenne des élus qui présidait la séance dans l’attente de l’élection de M Ceccaldi-Raynaud a su tenir son court rôle est s’est élevée contre ces cris et ces insulte qui pleuvent, constamment sur quiconque conteste l’hégémonie de cette majorité. Nous avons donc eu droit à quinze minutes de Conseil municipal presque agréable en début de séance; qu’elle en soit remerciée.

La suite est de l’ordre de l’anecdotique… Des salves d’applaudissements pour la majorité, des huées pour les élus de l’opposition et une Joëlle Ceccaldi-Raynaud qui se « félicite » de sa plus grande victoire depuis dix ans. C’est un peu vite oublier qu’en mars 2014, c’étaient 10 729 électeurs qui avaient voté pour elle. Elle perd donc presque 2000 voix en l’espace d’une année !

Pas de quoi pavoiser, donc quand on voit le chiffre de l’absentéisme. Mais, de quoi penser, peut être que quand la Préfecture est aux commandes et que le scrutin se déroule à peu près normalement (nous avons présidé nombres de bureaux où les amis de Mm le Maire passaient nombres de coups de fil pour appeler certains citoyens à venir voter, et bien voter) le nombre d’électeurs de Mm Ceccaldi-Raynaud retombe à un score plutôt médiocre. Un scrutin pour lequel l’UMP a refusé de fournir des Présidents de bureaux de vote…étrange quand on connait leur empressement dans ce rôle, généralement. Il n’y a aucune gloire à tirer quand si peu d’électeurs se sont déplacés aux urnes, mais des questions à se poser quand à l’image que cette majorité a donné à nos électeurs, depuis trop d’années. Des questions que nous, opposition, nous nous poserons pour les quatre années à venir.

Olivier Kalousdian

Conseiller municipal EELV de Puteaux.

Actualité Conseil municipal Hauts-de-Seine Mairie de Puteaux Puteaux

Remonter