L’agenda 21 dans Puteaux Info : Faites ce que je dis, ne dites pas ce que je fais !

C’est avec un peu de désabusement, notamment pour l’équipe volontaire et dévouée en charge de l’Agenda 21 de Puteaux que démarre ce petit inventaire contradictoire des conseils pour un développement durable, listés par le Puteaux Info d’avril 2013. Si l’effort de toutes ces personnes a déjà été notifié dans un article précédent, comment fermer les yeux sur les paradoxes, contradictions et même hypocrisies de la mairie de Puteaux concernant son exemplarité en termes de développement durable ?

Un petit tour d’horizon des efforts (nécessaires et quasiment vitaux à l’heure où nous parlons) que la ville et la majorité UMP vous demandent de faire, mais qu’elles, se gardent bien de s’appliquer à elle même !

 

dev durable Puteaux Info 042013

 

 

En page 46 du Puteaux Info d’avril 2013, nous découvrons le résultat des ateliers du Développement Durable qui ont eu lieu en février dernier et auxquels EELV a participé. Intitulée, « 30 gestes simples pour protéger la planète », elle recense des actions simples à mettre en place, il est vrai, mais que la majorité ne se résout pas à prendre en compte dans la gestion de notre ville !

 

Alimentation.

Point 1 : Optez pour des produits locaux si possible. Qui ne serait pas d’accord avec cela ? Peut être la mairie qui, selon nos sources, a décidé de ne plus se fournir plus à Puteaux pour sa galette Citoyenne du mois de janvier. Pourtant, nous avons nombre de pâtissiers de qualité sur notre territoire…

– A la maison.

20130426_135902

Point 7 : Éteindre les lumières inutilement allumées… La palisse n’aurait pas dit mieux ! Mais alors, que penser des rues de Puteaux, aujourd’hui encore illuminées à 14h et en plein jour (comme hier et avant hier) dans le quartier Préseensé, comme cela arrive tout au long de l’année, très fréquemment et sans que nous sachions vraiment pourquoi… Y a t il quelqu’un aux commandes ? Peut il tourner sur off l’interrupteur des rues SVP ! Quant aux Tours de la Défense, (voulues, pour la plupart par notre maire, président de l’Epadesa) il est carrément honteux de les voir, tous les jours de l’année jusqu’à 2h du matin parfois, baignant sous mille feux à tous les étages dont, pour la Tour First par exemple, nous savons que la plupart ne sont même pas encore loués !

 

Point 8 : Chauffer sans excès l’hiver (20° le jour et 16° la nuit)… Est ce que la mairie parle ici des gradins du public en conseil municipal où, en plein hiver, le tee shirt colle à la peau tellement la chaleur est étouffante ? Ou bien de la piscine où règne, en dedans et en dehors de l’eau une chaleur digne des tropiques, été comme hiver (attention aux enfants sous les douches; elles sont dangereusement brulantes) et qui coute aux contribuables, pour le seul bassin extérieur chauffé, plus d’1 millions d’euros par an en énergie ? Si il est agréable pour tous de profiter d’un bassin chauffé (deux en l’occurrence), est il besoin que ces bassins soient chauffés à 31 degrés parfois (bassin intérieur) ?

Point 9 : Limiter l’usage de la climatisation l’été et empêcher l’entrée du soleil... Les Tours de la Défense, toujours plus nombreuses (merci Mm le Président de l’Epadesa) n’ont donc aucun sens puisque livrées au soleil le plus ardent et usant de climatiseurs gigantesques, puisque aucune fenêtre ne peut s’ouvrir à ces hauteurs ! Gageons que la mairie de Puteaux, en travaux depuis des mois pour rénovation, aura intégré ce conseil fait aux Putéoliens…

Points 10, 11, 12, 13 : Pour économiser l’eau… L’eau…bien si précieux à l’humanité et en passe d’être privatisé de partout dans le monde. Cette eau, nous aurions aimé que la mairie s’en soucie beaucoup plus quand elle a autorisé le commerce de service « Envido », 3 place de Stalingrad (une mairie a le droit de regard et même au delà en cas d’activités polluantes). Ce « nouveau » concept proposant de pédaler dans des caissons de 400 litres remplis d’eau chaude, se développe dangereusement dans le 92 et les villes dites riches. C’est une aberration ! Pourquoi ? Parce qu’aucun recyclage d’eau n’est prévu. A la demande de ses utilisateurs, soucieux de leur hygiène (les piscines et autres centres de balnéothérapie recyclent leurs eaux depuis des siècles, sans danger…) et comme mis en avant en atout sur leur site Internet, Envido jette et gaspille 400 litres d’eau multiplié par le nombre de clients/jour ! C’est le plus gros gâchis d’eau de l’histoire des sociétés de services, ou pas loin. Citoyens, citoyennes, notre très belle piscine de Puteaux propose la même activité pour dix fois moins cher et sans gaspiller des milliers de litres d’eau par jour !

http://www.envido-france.com/

Au travail.

– Point 16 : Envoyer des mails plutôt que des courriers postaux. Il va falloir que les milliers de cartes de vœux (pour 300 000 euros chaque année), finissant à la poubelle soient totalement repensées par la mairie…! Imprimer cela sur un Puteaux Info qui n’est même pas sur papier recyclé mais en fort grammage et glacé, cela frise le très mauvais gout !

– Point 20 : Privilégier les vidéo conférences aux déplacements en voiture. Il est vrai qu’avec une Citroën C6 Exclusive de 245 chevaux à 57 000 euros, relâchant 190 grammes de CO2/km achetée pour l’utilisation du maire en 2012, la proposition 20 semble judicieuse !

 En voiture.

IMG_0596

 

– Points 22, 23, 24 : Voitures, dépenses énergétiques et pollutions (le mot n’est jamais employé alors que, pourtant, lors des ateliers, c’est le problème récurrent qui a été soulevé !).  Le point noir. La mouche dans le lait ! Si nous sommes tous d’accord pour dire que nous sommes en train de crever sous les particules diesel et la pollution au CO2, peu de mairie n’osent évoquer ce fléau et encore moins de mairie le combattent. Par peur de froisser leurs électeurs ? Par peur de combattre les puissants lobbys automobiles ?… Et ce n’est pas la décision d’ouvrir la rue et un parking juste en face du marché Chantecoq le dimanche, en 2011, qui va aider nos enfants à mieux respirer ! Quant à l’Ile de Puteaux, poumon vert de la ville (ou ce qu’il en reste, une fois comptabilisé l’espace occupé par les centaines de véhicules roulant ou garés là, quotidiennement) il est de plus en plus agressé et envahi par des automobilistes, généralement non putéoliens qui n’ont souvent que peu de respect pour les sportifs et les piétons présents. Il suffit d’aller sur l’ile coté tennis pour se rendre compte des trottoirs occupés par les véhicules et empêchant les parents de circuler avec enfants et poussettes; de se rendre compte de l’occupation de la seule piste cyclable (parfois même par des véhicules osant arborer un macaron bleu blanc rouge !…) ou de la vitesse très excessive pratiquée sur la route menant au cinquième7. Si la mairie a fait des efforts en renouvelant une partie de sa flotte de véhicules (exceptée la voiture du maire, donc) en électrique ou peu polluante, l’effort est bien en dessous du minimum requis pour éviter les troubles respiratoires et autres maladies que les scientifiques savent maintenant provoqués par la pollution des transports à énergies fossiles. Il suffit de constater les embouteillages du pont de Puteaux (où se déplacent des centaines de piétons se rendant à leurs cours de sport) ou l’utilisation par les services propreté de machines à essence (souffleuses) là où l’électrique est tout à fait possible. Nous avons besoin d’une véritable vision et exemplarité de la mairie sur ce point crucial pour l’avenir.

IMG_0593

 

 

 

 

Des gestes citoyens.

– Points 25, 26, 27 : Recycler, ne pas utiliser d’appareils jetables, réparer plutôt que remplacer…

Derniers points : Les plus difficiles à « avaler » pour les Putéoliens ! Quand on sait les centaines de milliers de gadgets jetables made in China achetés par la mairie et offerts tous les ans à Noël aux enfants de Puteaux et dont certains contenaient jusqu’à 3 piles boutons (multipliées par XX milliers) comme en 2012, on se dit qu’il est définitivement plus facile de donner des conseils  que de balayer devant sa propre porte !

Pour cette majorité qui, en dix années, n’a pas été capable, avec des moyens financiers quasi illimités pour une ville de 45 000 habitants (250 millions d’euros de budget annuel) de concrétiser autre chose que des moutons broute-gazon ou d’obtenir un 3e prix de ville fleurie pour préserver son environnement, il est malheureusement difficile d’imaginer que, dans ce nouvel élan de conscience écologique (rappelons qu’en 2011 encore, l’UMP et d’autres partis rigolaient très fort quand EELV alertait sur le réchauffement climatique ou de nécessité urgente de changer de comportements) très bien venu à quelques mois des municipales de 2014, celle ci fasse soudainement des miracles et transforme notre avenir avec un coup de baguette magique, trop souvent galvaudé et si facilement récupéré par tous les partis de France dorénavant et intitulé : Développement Durable.

On se souvient, malheureusement, de la pantalonnade du Grenelle 2 ou de la phrase assassine pour les générations futurs de Nicolas Sarkozy : « L’environnement, ça commence à bien faire ! »

Et, plus récemment, de la décision du Conseil général des Hauts de Seine, où Vincent Franchi est élu (et donc nous attendons toujours le rapport de mandat) de supprimer la subvention à AirParif qui contrôle et alerte les franciliens de la pollution atmosphérique tout au long de l’année ! Surement que le Président du Conseil général, M Devedjian, récemment invité de M Ceccaldi Raynaud pour inaugurer le nouveau quartier de Puteaux, les Échoppes ne ressent aucun problème de pollution est ne nourrit aucune inquiétude quant à l’avenir de ses propres enfants….

EELV s’est fait entendre concrètement au Conseil général des Hauts de Seine le 5 mars dernier pour protester contre cette décision : http://www.dailymotion.com/video/xyrj9r_intervention-eelv-contre-la-pollution-conseil-general-92-50313_news#.UXu66YW-TXU

Le Développement Durable et l’écologie politique (qui regroupe l’économie; le social; les déplacements…), ce sont les lignes politiques des Verts et d’EELV depuis plus de 30 ans maintenant. Et si la conscience écologique n’appartient à personne en particulier et appartient à toutes et à tous dans la vie de tous les jours, sans obligation d’être partisan de telle ou telle formation politique, on ne s’improvise pas pour autant boulanger ou banquier, du jour au lendemain au grès des sondages ou des scrutins ; il en va de même pour la mairie de Puteaux et le développement durable.

 

 

 

 

Remonter