cécile duflot



  1. Une rentrée bien chargée pour la nouvelle majorité, comme pour la nouvelle opposition.

                  La victoire du PS et de ses alliés (EELV, FGD…) lors des élections Présidentielles de mai 2012 était attendue, voulue et souhaitée par la majorité des Français qui, de l’ouvrier au cadre supérieur parfois, ressentaient le malaise que l’UMP et son patron, le Président Nicolas Sarkozy (qui peut croire que M Copé fusse à la tête de ce mouvement durant ces 5 dernières années ?) faisait planer sur notre politique sociale, environnementale mais aussi économique et internationale. Énergique et omnipotente, quotidiennement ou presque mais, souffrant d’effets d’annonces sans suite (chômage, sécurité, immobilier…), les discours de la majorité UMP étaient souvent de l’ordre du coup markéting mais ne répondaient plus aux attentes d’une société qui, ayant expérimenté le capitalisme débridé bien malgré elle pendant des décennies, s’est retrouvée endettée, acculée et submergée par les affaires et les abus d’une poignée contre un lourde majorité pouvant, à peine, boucler les fins de mois. Pyramidale, comme toujours, ce système a touché le fond et ne fonctionnait plus que pour enrichir certains, en appauvrissant les autres ! …

    Lire la suite