Journal de rentrée à Puteaux

Rentrée 2014 : les réformes, c’est bon pour les autres.

Une fois de plus, la rentrée municipale 2014/2015 à Puteaux a été pour le moins, figée.

Nonobstant la réforme des rythmes scolaires (dont vous trouverez notre compte rendu, limité par un espace d’expression réduit à sa stricte mesure légale par Mm le Maire sur le Puteaux Info du mois de novembre 2014) critiquée (pourquoi pas), réfutée, refusée et finalement, adoptée à moitié par la majorité UMP de Puteaux, le mois de septembre, c’est le mois des inscriptions aux activités associatives, des quais libres de Suresnes à Clichy et du (des) premier Conseil municipal (dont les dates seront bientot communiquées à l’opposition par voix de presse et à postériori, si on continue ainsi…) à Puteaux.

 

quaies-libres-2009-2– 7 septembre. Quais libres : Cette année, à la différence de l’année passée, le lobby automobile semble avoir imposé sa toute puissance sur le bien être et le plaisir des dizaines de milliers d’alto-séquanais à pratiquer le vélo, le roller ou la marche à pied sur des quais ré appropriés. En effet, il n’aura échappé à personne que l’heure de réouverture des quais est passée de 16h30 en 2013, à 16h en 2014. Malgré un vif succès et une demande croissante de nos concitoyens pour que cette journée devienne récurrente, tout au long de beaux jours, le « tout voiture » défendu bec et ongle et en contradiction totale avec l’urgence climatique par la majorité de Puteaux a encore de beaux jours devant lui ! A noter que de nombreux membres de l’opposition ont participé, à vélo, en roller ou à pied à cette chaude et agréable journée et ont rencontré nombre de citoyens de Puteaux et des villes alentours. J’imagine (car nous ne les avons pas vus) que les membres de la majorité ont également sorti leurs vélos et autres trottinettes pour cette journée symbolique d’un autre état de pensée (que celui qui consiste à faire les 500m à 1000m qui séparent leur domicile de la Mairie, en voiture, avec places de parking réservées dans celui de la Mairie, les soirs de Conseils…).

– Cette année, comme les autres, beaucoup de citoyens nous ont alertés sur leur difficulté à s’inscrire à des activités associatives (sportives, culturelles, militantes…) dans leur ville de Puteaux. Surement victimes de leur succès, dont nous nous réjouissons, il apparait que certains de nos concitoyens se voient proposer des listes d’attentes particulièrement douteuses et notamment quand l’engagement (ou le non engagement) de ces derniers ne va pas dans le sens de la majorité municipale. On connaissait déjà la puissance des offices d’HLM dans la gestion des municipalités (dont le Maire, tout puissant, est son président de droit) et certaines dérives rapportées à nos oreilles comme l’obtention d’un logement en échange d’une adhésion à l’UMP (témoignage récent d’une citoyenne proche de la majorité pour qui, cette dérive semblait « normale », dans le contexte actuel), voilà que nous constatons le chantage aux activités associatives, selon son engagement ou ses idéaux ! Bien sur, difficile, comme pour les logements, de prouver concrètement ces dérives, mais les faisceaux de présomption sont si grands et si nombreux dans cette ville, qu’il va être difficile pour la majorité de crier, une fois de plus au « complot » de l’opposition. Nous suivrons, bien entendu le dénouement des ces listes d’attente et l’acceptation, ou pas de certains concitoyens à ces activités associatives, tout au long de l’année.

– 20 septembre. Premier Conseil municipal : Des cris, il y en a eus dès le premier Conseil municipal, annoncé 5 jours avant à l’opposition et programmé un samedi matin à 9h, comme cela a rarement été le cas à Puteaux ! Christophe Grébert ayant, comme la loi l’y autorise (cette loi que Mm le Maire met en avant si souvent pour nous priver d’une collaboration entre majorité et opposition, à laquelle tous les citoyens auraient à y gagner) installé une caméra pour filmer et rendre compte du Conseil municipal, Mm le Maire a refusé la présence de cet outil d’enregistrement et d’être filmée. Et après deux suspensions de Conseil, elle a décidé, d’une manière pour le moins douteuse que l’opposition n’avait pas le droit de filmer et de reporter ce Conseil municipal. Pendant ce temps là, la caméra de l’adjoint UMP, M Caumont continuait de nous filmer (en plan serré, uniquement ciblé sur M Grébert, Mll Sirsalane et M Kalousdian) sans que cela n’ait l’air de révolter Mm le Maire ou sa majorité ! Lors de la première suspension de Conseil, je me suis risqué à demander à M Caumont s’il trouvait normal la différence d’appréciation du règlement entre sa caméra et celle de M Grébert, filmant, pourtant le même Conseil. Je vous livre sa réponse : « Mais nous, Monsieur, nous sommes la majorité ! »

La demande préalable que le règlement intérieur, fixé par la même majorité, impose ayant été faite par M Grébert en début de Conseil (le RI ne détaille pas les modalités de demande préalable et nous n’avons jamais vu ou lu les demandes préalables de M Caumont qui semble, lui exempté de règlement…), cette annulation et le report du Conseil au mercredi suivant (très pratique pour celles et ceux qui ne vivent pas des rémunérations de la politique et qui ont une vie familiale…) n’étaient absolument pas justifiés et le Conseil réuni en urgence le 24 septembre au matin, n’avait pas lieu d’être.

Que fait M Caumont de ses images enregistrées depuis mars 2014 ? Quelle déclaration a t il fait à la CNIL ? Nous ne le savons pas.

– De fait, le vœu EELV pour une demande d’encadrement des loyers à Puteaux (dont les prix ont explosé ces dernières années, du à des constructions toujours plus haut de gamme, obligeant les classes populaires à déménager de la ville) a été reporté au prochain Conseil du mois de novembre (nous remercions la municipalité pour l’acceptation de ce report). http://puteaux.eelv.fr/encadrement-des-loyers-une-urgence-pour-toute-lile-de-france/

– 24 septembre : Le Conseil « en urgence » à finalement pu être filmé par M Grébert, après que la loi ait été rappelée par les plus hautes instances, à Mm le Maire. Voici la vidéo du Conseil.

– 30 septembre : Fin d’une semaine marathon de Conseils municipaux découpés en plusieurs morceaux (le Conseil initial du 20 septembre s’est transformé en 3 Conseils). La majorité défendait son « label éco quartier » (dont nous ne trouvons aucune trace auprès des autorités compétences) pour le nouveau quartier des Bergères. Il faut savoir que par décision du Maire, ce quartier, en construction sera entièrement chauffé au fioul ! Pour la majorité, il y a apparemment encore un long chemin à parcourir pour appréhender les problèmes d’environnement et le développement durable. Lors de ce Conseil (où l’élu EELV était absent pour cause d’engagement professionnel), M Grébert a défendu des amendements de l’opposition dont celui demandant à ce que les Bergères soient chauffées à l’aide de sources d’énergies renouvelables. Amendements totalement et constamment rejetés par la majorité : http://www.monputeaux.com/2014/10/chauffage-bergeres.html

Ici la vidéo du Conseil du 30 septembre 2014 (les prises de courant proches de la table et de la caméra de M Grébert avaient, étrangement été scellées ce jour là !) :

– 4 octobre, c’était la journée de sensibilisation au Handicap à Puteaux. Nous rendant sur place avec M Grébert et une citoyenne handicapée de Puteaux, nous avons pu nous rendre compte à quel point cette journée n’était qu’une « obligation » morale pour la majorité de Puteaux. Situés au premier étage de la mairie (quelle idée pour des visiteurs handicapés, majoritairement !) les stands idoines étaient peu fréquentés (et pour cause) et Mm le Maire avait décidé de mêler cette journée à la journée de la science fiction ! Vous lisez bien. Et il était plus facile de croiser des adolescents et jeunes adultes déguisés en soldats de l’Empire (Star Wars), des robots à 7000 euros (autre acquisition surprenante de la majorité en cette rentrée) et même, un simulateur de vol (nous cherchons toujours le lien…) que des actions liées à la situation, souvent dramatique des personnes handicapées. Un citoyen de Puteaux, à la jambe amputée essayait, tant bien que mal de faire ses courses en cette journée du handicap. Croisé sur le bd Wallace, il avait tout le mal du monde à trouver une place pour lui (celle de la rue Eichenberger ayant été éliminée par la mairie) et quand il y en avait une, elle était occupée par un véhicule, pour le moins douteux… Nous avions déjà dénoncé le manque de logements adaptés et en RDC pour ces personnes ; l’occupation de places handicapé par des citoyens peu scrupuleux et un véritable scandale et les bornes électroniques installées par la mairie n’y changent pas grand chose puisque, de l’aveu même de la police municipale, un citoyen d’une autre ville, peut très bien se garer sur ces places sans posséder le macaron électronique voulu, à grand renfort de dépenses toujours plus larges, par la majorité. De ce fait, la borne peut très bien clignoter en rouge et indiquer un stationnement illégal, il n’y aura pas de verbalisation puisqu’une seule photocopie d’un macaron papier stipulant « handicapé » peut mettre le doute dans la tête des policiers… Une réflexion qui aurait pu être envisagée avant cette dépense, inutile donc et qui ne facilite finalement pas la vie de nos concitoyens handicapés.

simulateur de vol

 

 

 

 

 

– Puteaux Info de septembre 2014 : Comment ne pas sourire à la lecture du Puteaux Info de rentrée où pas moins de 8 pages font la réclame du développement durable à Puteaux, mais qui ne revient ni sur les actes concrets promis par la majorité lors des Municipales passées (où en est la passerelle piétonne, si chère aux habitants de Puteaux – idée prise au programme de PPV entre parenthèses – et qui permettrait aux sportifs, promeneurs et autres de passer de la ville à l’ile de Puteaux, sans subir le flot continu de voitures et leurs gaz d’échappement sur le pont de Puteaux ?) ni sur les actes concrets qui permettraient à nos concitoyens de vivre mieux dans leur vile ?

A noter qu’en début d’année, EELV avait fait adopter un vœu (voté en Conseil) pour nommer une rue ou une place du nom de feu, M Nelson Mandela. Ce vœu, la majorité se l’est indignement approprié à grand renfort de rédactionnel dans le Puteaux Info d’avril dernier et n’a jamais daigné corriger « l’erreur », depuis (ni mettre en route ce vœu, d’ailleurs). Et ce, malgré les relances envoyées au secrétariat de Mairie par le groupe EELV depuis plusieurs mois ! Quel cynisme.

Dans une ville gérée par une majorité qui ne cesse de réclamer des réformes au gouvernement en place (que ne l’a t elle fait du temps de M Sarkozy !) et qui accuse ce même gouvernement et ses acolytes (entendez par là, EELV et d’autres groupuscule « gauchistes » néfastes…c’est en tout cas le sens des interventions de M Franchi en Conseil) d’immobilisme dangereux pour les Français, le moins qu’on puisse dire c’est que le changement, c’est bon pour les autres ! Et si ce gouvernement fait, à raison les frais de trop nombreuses promesses non tenues, pourquoi cette majorité est elle constamment laissée libre de ces effets d’annonce sans réalisations et de son refus de préparer l’avenir, autrement qu’au travers d’une fuite en avant faite de dépenses, toujours plus importantes ? Le groupe EELV de Puteaux ne peut se résoudre à penser que les petits cadeaux made in China, les fêtes somptueuses (où aucun élu d’opposition n’est jamais invité; vive la démocratie participative !) ou quelques passes droits puissent éternellement clore les yeux de certains de nos concitoyens. Ce système, aussi large soit il (merci la Défense !) en termes de dépenses (on nous a demandé de voter un déplacement de quelques élus UMP, dont Vincent Franchi pour plus de 60 000 euros afin d’aller constater les travaux d’une piscine offerte par Puteaux à Gan Yavne, en Israël…mais dans quel monde vivent nos élus de la majorité ?) a démontré ses limites et nous a emmenés là où nous en sommes aujourd’hui. C’est à dire avec une crise qui n’en finit plus (et après 15 ans de gouvernements de droite et dix ans de mandat pour Mm le Maire, il est difficile d’accuser le gouvernement en place de tous les maux), des dépenses de logements qui occupent 70% des budgets des plus précaires et un changement climatique qui commence, à peine à semer le drame dans notre économie et dans nos régions.

Une fois de plus, le groupe EELV de Puteaux propose à la majorité de changer de pratiques et de voir dans son opposition une force de propositions et de travail. Quand on sait qu’à Rueil-Malmaison, M Patrick Ollier, collègue UMP de Mm Ceccaldi-Raynaud, rémunère ses élus de l’opposition leur fournit du matériel et un bureau pour travailler et prend en compte leurs avis et remarques, on se prend à rêver…

Olivier Kalousdian. Élu EELV de Puteaux.

Remonter