associations



  1. Le Bio : Bon pour nous, bon pour la planète.

    Les produits bio gagnent peu à peu les cantines scolaires, pour le bien de toutes et tous. Certaines villes affichent l’objectif de cuisiner 100 % bio et plus en plus de municipalités (Barjac, dans le documentaire référence, « Nos Enfants Nous Accuseront », est un exemple de gestion des cantines scolaires en bio et en circuits courts) démontrent qu’avec les nombreux outils à disposition des collectivités, passer en 100 % bio dans les cantines, tout en cuisinant local, ce n’est pas si compliqué et surtout, pas plus cher qu’en restauration classique ! Avec une petite nuance : ces « 100 % local » s’appliquent si les produits sont disponibles sur le marché. Difficile en effet de trouver du poisson d’élevage labellisé Agriculture biologique dans le centre de la France… …

    Lire la suite
  2. London Calling : Total s’engage à polluer l’Angleterre !

    Interdits de polluer en France (pour combien de temps encore ?), les groupes pétroliers du monde entier ne supportent toujours pas que l’environnement et la santé de citoyens puissent prévaloir sur leurs bénéfices issus de la fracturation des roches bitumeuses. Surfant sur l’inconscience collective que semble contrôler le gouvernement anglais (si les américains le font, pourquoi pas eux ?) actuellement, le groupe Français Total vient d’annoncer qu’il investirait massivement dans les forages outre manche pour récupérer jusqu’à la moindre goutte d’huile bitumeuse coincée entre les roches les plus durs de leur sous sol ! Nous étions déjà vus comme des libertins, des râleurs et des chauvins, voilà que nous sommes en passe de devenir les saccageurs avides et sans scrupules de la blanche Albion ; en terme de produit d’exportation dans le monde, la France a déjà fait mieux ! …

    Lire la suite
  3. « Libre Affichage » ; les panneaux de Puteaux pris en otage par la majorité municipale ?

    Dans toutes les villes de France, des panneaux de libre expression sont à la disposition des associations et des citoyens. Que ce soit pour des communications politiques, caritatives, culturelles… Ces panneaux, dont le nombre est en relation avec le nombre d’habitants de la commune doivent être localisés et signalés à quiconque en fait la demande en mairie. Oui, mais nous sommes à Puteaux. Or, à la mairie de Puteaux, les demandes liées à la position et au nombre de panneaux disponibles restent lettres mortes depuis des années. Il faut donc les dénicher au hasard des rues (et parfois des impasses) et retenir leurs positions pour pouvoir bénéficier d’un droit pourtant censé être égalitaire pour tous les citoyens de la ville. Oui, mais nous sommes à Puteaux. Et à Puteaux, certains panneaux ont la curieuses faculté de pouvoir changer d’emplacement dans la nuit…(voir : http://www.monputeaux.com/2013/09/panneaux-expression-libre.html) …

    Lire la suite